La Prestation Compensatrice du Handicap attaquée par le Conseil Départemental de l’Ariège

par 24 Oct, 2018En Ariège, Services publics0 commentaires

Bénédicte Taurine, députée France Insoumise, était présente à Foix le 19 octobre auprès des usagers, des familles, des salariés auxiliaires de vie, du syndicat CGT Ariège Assistance, des associations AD 09, APF et de militants de la France Insoumise pour contester la décision du conseil départemental de baisser sa participation au titre de la prestation compensatrice du handicap.

La PCH est une aide qui permet de bénéficier d’un accompagnement aux actes essentiels de la vie quotidienne dans le cas d’une perte d’autonomie liée au handicap. Cet accompagnement est réalisé par des salarié(e)s d’associations d’aide à la personne, nombreuses dans le département.
Début juillet 2018, le conseil départemental faisait connaître sa décision de ne plus financer cette aide à 100 %  mais seulement à 85 % laissant un reste à charge de 15 % aux usagers.
Il faut savoir que les plans d’aide sont souvent très importants pour réaliser les toilettes, l’aide aux repas, les levers, les couchers, les accompagnements chez un médecin, etc… en terme d’heures nécessaires et que le montant laissé à la charge de l’usager peut mettre à mal un budget dans lequel l’Allocation adulte handicapé est la seule ressource.

Cette décision va avoir des conséquences catastrophiques sur la prise en charge des usagers dont le budget ne pourra supporter cette dépense supplémentaire. C’est la compensation de la perte d’autonomie qui est remise en question, défavorisant les plus démunis financièrement et familialement.

Conséquences catastrophiques aussi sur l’emploi. La diminution des heures de prise en charge par l’abandon de la prise en charge à 100% par le CD va supprimer des emplois d’aides à domicile.

Le conseil départemental s’abrite derrière la politique du gouvernement Macron de baisse des dotations aux collectivités territoriales pour justifier sa décision de ne pas protéger les plus démunis de nos concitoyens, alors qu’il en est entièrement responsable. Cette décision politique de faire “payer” les plus fragiles, les plus pauvres au même titre que les élus n’est pas juste. Elle accentue les inégalités de traitement des plus défavorisés et s’inscrit dans la droite ligne de la politique sociale menée par Hollande et le parti socialiste dont les attaques ont été nombreuses pour restreindre les attributions d’AAH et de PCH sans craindre de compliquer la vie de nombreux citoyens. Prétendre qu’il n’y a pas d’autre solution confirme l’abandon d’une politique sociale solidaire  en direction des plus démunis et se situe dans la droite ligne libérale qui ampute les revenus de ceux qui vivent sous le seuil de pauvreté. C’est un choix politique libéral.

Une délégation du syndicat CGT d’Ariège Assistance et des représentants de l’APF  de AD 09  a été reçue par des membres du Conseil Départemental. Des propositions ont été faites  par le Conseil Départemental pour diminuer l’impact de cette décision à la marge sans la remettre en question. Il s’agirait au cas par cas d’octroyer une aide sociale aux plus défavorisés des bénéficiaires en fonction de leurs ressources et de celles de leur foyer et de débloquer pour cela une enveloppe de 120 000 €. Cette proposition sera débattue lors de la prochaine réunion du Conseil Départemental. Question : l’aide sociale attribuée sera-t-elle récupérable sur succession ?

La mobilisation et l’interpellation du conseil départemental l’ont obligé à recevoir une délégation. Mais le Conseil Départemental est loin du compte en faisant ces propositions. La seule décision politique socialement responsable sera l’abandon de sa décision de financement partiel de la PCH.

>> Autres articles qui pourraient vous intéresser :